ENCORE ET CORPS DE DOUX LEURRES

Publié le par LaPorteBleue - Danièle Antoniotti

Dire qu'elle en prenait plein la tronche et qu'elle en redemandait...

Encore et en corps tordu de doux leurres....

Encore et encore se souvenir...
Chaque jour elle supplie et chaque jour des sillons creusent un peu plus leur nid...
- Je me vends pour acheter ce qui fait me vendre.
- foutaise !
Donne ! Donne ! Donne !

Distribue les cartes et donne l'atout à pique ! 

L’as de pique au cœur et au corps tordu de doux leurres...

Encore et encore se souvenir que l'on ne se souvient plus de rien...

Ça glisse, ça vous parcoure comme un reptile gluant en quête...
Ça brûle, ça chauffe et ça enveloppe comme une douce couette en duvet d'oie.
Ça sent bon dans la tête, ça entête c'est du bon...
Comme un parfum de souvenirs ça enivre, ça pénètre lentement et ça part en vous laissant là, lasse, hélas...
Fais-moi jouir du jour qui se lève et non de la nuit qui m'achève...
Achève moi l'histoire qui me parcoure et délies- moi du délit d'envie...

pêcher capital de mon pays où la neige fond dans la tête...
Pas de veine...
Bad trip sous les trop-pique...
Encore et en corps tordu de doux leurres...

Publié dans Textes... création

Commenter cet article